Menu

+352 - 51 80 24 info@aideauvietnam.org

Achat de matériel scolaire pour l’orphelinat de Long Hai

Achat de matériel scolaire pour l’orphelinat de Long Hai

Projet financé par AIDE AU VIETNAM (AAV) en 2015

Achat de manuels et de Matériel scolaire pour le

CENTER FOR SOCIAL PROTECTION OF LONG HAI CHILDREN

 

ORPHELINAT LONG HAI (VUNG TAU)

CENTER FOR SOCIAL PROTECTION OF LONG HAI

 

Du Luxembourg (Luxembourg-Ville)

map monde

au Vietnam (Ho Chi Minh City)

Distance: 9.836 km par avion

Distance: 13.580 km par route

 

Quelques chiffres clés pour comparaison

Libellé VIETNAM LUXEMBOURG
Superficie 331.212 km2 2.587 km2
Population 94.348.832 habitants 562.958 habitants
Capitale Hanoi
7.067.000 hab. 3.324 km2
Luxembourg
111.287 hab. 52 km2
Plus grande ville Ho Chi Minh City
12.865.411 hab. 2.095 km2
Luxembourg
111.287 hab. 52 km2
Forme d’État République socialiste
État communiste, parti unique
Monarchie constitutionnelle parlementaire
Monnaie Dong (VND) Euro (EUR, €) 1 € = 25.000 VND
PIB 205.000.000.000 $ 58.000.000.000 $
PIB par habitant 2.233 $ 103.187 $

long hai - vietnam

 

Le Viêt Nam est constitué de trois grandes régions, appelées Bô  :

  • au Nord, le Tonkin, ou Bac Bo, avec comme villes principales Hanoi et Haiphong ;
  • au centre, l’Annam, ou Trung Bo , traversée par la cordillère annamitique, avec comme villes principales Hué et Da Nang (anciennement Tourane) ;
  • au sud, la Cochinchine, ou Nam Bo, avec comme ville principale Hô-Chi-Minh-Ville (Saigon).

 

Province de Ba Ria – Vung Tau

ba ria - vung tau - long hai

Ville de Long Hai

La ville côtière de Long Hai est située dans le district de Long Dien, province Ba Ria – Vung Tau.

La ville compte 40.669 habitants et se trouve à environ 120 km au Sud-Est de Ho Chi Minh City (Saigon). Elle est accessible par bus en 2 à 3 heures.

Avec de nombreuses plages, ainsi qu’une station thermale dans les environs, la ville est beaucoup visitée, surtout par la population urbaine de Ho Chi Minh City, pendant les fins de semaine.

Il existe une douzaine d’accommodations de logement à Long Hai, allant du simple « Guest house » jusqu’à l’hôtel 3 étoiles.

 

Le « Center for social protection of Long Hai children”

Le Centre de Long Hai est un projet de l’association française “Association Pour les Enfants des Rizières » (APER) ensemble avec « The Agent Orange Association » (VAVA). La construction du Centre ainsi que ses frais d’exploitation, ont été, et continuent, d’être prise en charge par des entreprises, des associations et des personnes privées.

vava - aper

Le Centre de Long Hai a été conçu comme lieu de résidence et lieu d’apprentissage pour des enfants et adolescents démunis. Il assure l’éducation et l’apprentissage d’environ 130 à 150 enfants de familles très pauvres de la région. Sans ce service gratuit, ces enfants seraient condamnés à travailler, leurs parents ne pouvant payer les frais d’école des écoles gouvernementales.

Le stade 2 du projet assure la prise en charge d’enfants de la rue et/ou abandonnés, d’enfants avec un handicap (mental ou physique) et d’enfants issus de familles, dont la survie quotidienne est très précaire. Le projet se concentre en plus sur la prise en charge d’enfants handicapés, victimes du défoliant « Agent Orange », pulvérisé par les États-Unis entre 1961 et 1971 sur une partie du Sud-Vietnam , pendant la guerre du Vietnam. Le Centre peut accueillir jusqu’à 60 résidents permanents.

L’objectif est de veiller à la sécurité des enfants abandonnés et/ou démunis, de surveiller leur santé et de leur donner les soins nécessaires et spécifiques, d’assurer la prévention de maladies par vaccination, d’offrir une éducation et/ou un apprentissage, d’éveiller leur conscience par des jeux et des activités sociales, de pourvoir à la nourriture, l’abri, la résidence à long terme, ainsi qu’aux soins nécessaires des enfants.

L’idée de construire et d’exploiter le Centre de Long Hai à long terme, suite aux défis économiques, sociaux et humanitaires ont été mises en évidence par APER.
Le premier coup de pelle fût fait en 2008, sur un terrain mis à disposition du Comité du Peuple de Long Dien. L’ouverture du Centre eut lieu le 23 octobre 2009. Le mois suivant les premières classes commencèrent. La première phase comprenait des salles de classes, une cuisine, une cantine, une bibliothèque et un bloc administratif.

La deuxième phase de construction se fit en 2011 avec dortoirs, salles de soins, salles de classes spéciales et ateliers d’apprentissage. L’inauguration de la deuxième phase de construction eut lieu le 17 avril 2012.

Causes de prise en charge par le Centre de Long Hai

Abandon ou séparation

Des bébés nés de mères démunies ou pauvres, nés illégitimement ou dans des situations sociales précaires, sont abandonnés à l’hôpital ou au Centre. En cas de séparation, leur naissance peut avoir été enregistré par le Gouvernement et les documents d’enregistrement sont transférés à l’Administration.

Parfois, des enfants plus âgés peuvent être transférés au Centre. Cependant, il existe des bébés et des enfants qui n’ont pas de documents d’enregistrement, ce qui pose un problème majeur concernant leur chances d’adoption.

Maladies et handicaps

Plusieurs des bébés reçus au Centre, souffrent d’une multitude de handicaps congénitaux ou post-natal (p. ex. hydrocéphalie, difformités crano-facial, cécité, surdité, ou des handicaps physiques). Une partie des bébés et enfants reçus au Centre sont séropositifs.

Pauvreté

Beaucoup de familles ne sont pas en mesure de soutenir leurs enfants. Il est pratique courante de faire travailler les enfants, au lieu de les envoyer à l’école. Les enfants peuvent vivre dans une maison, ou bien dans la rue, avec ou sans famille ou personne de garde. Les enfants peuvent fuir cette situation, ou sont placés au Centre par la Police, les services sociaux ou même par les familles.

Séparation de familles ou problèmes familiaux

Il y a au Centre, des enfants prises en charge, suite à une séparation de famille (p. ex. décès, emprisonnement etc.)

Beaucoup d’enfants admis au Centre sont également issus de familles avec des problèmes familiaux (p. ex. violence familiale, alcoolisme, drogues, exploitation sexuelle, prostitution, SIDA etc.).

Pour quelques-uns, il existe une chance de réunification avec la famille dans un futur. Pour des autres, hélas, le Centre deviendra leur résidence d’enfant permanente.

 

L’âme et l’ange du Centre de Long Hai : Mme. LE Thi My Huong

le thi my huongclasse le thi my huong

Mme. LE Thi My Huong, Vice-directrice du Centre de Long Hai et représentante d’ APER, est l’âme et la force du Centre de Long Hai. Tous les enfants l’appellent « Mé Huong », ce qui veut dire « Maman Huong »

Fin avril 1975, quelques jours avant la chute de Saigon et la fin de la Guerre du Vietnam, à lâge de 5 ans, My Huong fût adopté par un couple australien et évacuée vers l’Australie. Elle retourna au Vietnam en 2004, à la recherche de sa mère biologique, avec laquelle elle a été réunie. Elle est restée au Vietnam depuis.

My Huong a adopté deux enfants de l’orphelinat de Vung Tau (autre centre géré par elle). Son premier fils fût adopté en 2008, et à partir de ce temps, elle s’est engagée comme volontaire au Centre de Vung Tau. Depuis mars 2009, elle est la représentante d’APER. En avril 2012, elle a été nommée vice-directrice du Centre de Long Hai.

My Huong a beaucoup d’expérience en travaillant avec des enfants. Ayant travaillé avec des enfants de la rue et des orphelins en Zambie, Afrique, elle était occupée comme coordinatrice pour un service de consultation pour alcooliques et drogués en Australie, avant d’émigrer au Vietnam.

My Huong est une des peux de Vietnamiens, adoptés à la fin de la Guerre du Vietnam, à retourner au Vietnam, de trouver sa mère biologique et de s’engager à résider au Vietnam.

Elle porte un grand intérêt aux affaires d’adoption et soutient d’autres adultes adoptés pour retourner au Vietnam. Au cours des années, elle a assisté beaucoup d’adoptés à retrouver leurs parents biologiques.

école le thi my huong

La rencontre d’Aide au Vietnam avec My Huong (St. Wagner)

Lors de mon séjour annuel de six semaines au Vietnam, en août 2015, j’ai eu la chance de rencontrer My Huong. Cette rencontre, aujourd’hui une amitié, est le résultat d’une pure coïncidence.

Un matin tôt, assis au bureau de ma chambre d’hôtel à Ho Chi Minh City, en train d’écrire un rapport pour Aide au Vietnam, une chaîne de télévision vietnamienne allait diffuser une interview avec My Huong et un groupe d’adoptés adultes, venus au Vietnam pour retrouver leurs parents. Le sujet étant intéressant, et la discussion en Anglais, j’ai suivi le reste de l’émission. Absent devant la télé à la fin de l’émission, j’ai juste réussi à entendre le nom de l’orphelinat, où travaillait My Huong. Après une recherche sur Google, j’ai trouvé l’adresse du site de l’orphelinat et j’ai de suite envoyé un courriel pour prendre contact avec elle, et d’en savoir plus sur cet orphelinat.

Quelques heures plus tard j’ai eu une réponse de My Huong, indiquant qu’elle se trouvait à Ho Chi Minh City avec un groupe d’adoptés et en indiquant l’hôtel où elle logeait. De nouveau, pure coïncidence, son hôtel se trouvait à 100m du mien. On s’est donné rendez-vous à son hôtel pour l’après-midi autour d’un café glacé.

Après un accueil chaleureux, on a échangé nos expériences dans le domaine de l’aide et de l’humanitaire. En se quittant, My Huong m’a invité de visiter les deux centres de Vung Tau et de Long Hai, invitation que j’ai acceptée avec plaisir.

Chose promise, chose faite. Quelques jours plus tard, ayant des affaires familiales à traiter à Vung Tau (mon épouse est Vietnamienne, originaire de Saigon avec de la famille à Vung Tau), je m’y suis rendu, ensemble avec la traductrice locale bénévole d’Aide au Vietnam, Minh Thu, pour rendre visite au Centre de Vung Tau.

Pendant notre visite à Vung Tau, My Huong m’a parlé de ses problèmes, concernant le Centre de Long Hai. Ce centre, construit et fonctionnant uniquement par moyen de dons financiers, provenant d’associations et/ou de personnes privées, avait des problèmes pour l’année scolaire 2015 – 2016. La rentrée scolaire officielle, était prévue pour le 7 septembre 2015. Or, faute de moyens financiers, le centre n’était pas en mesure de commander les manuels de classe, le matériel scolaire, ainsi que des cartables pour les élèves nécessiteux. Le centre, ne recevant aucune aide gouvernementale, My Huong, les enseignants, mais aussi les enfants, ne savaient plus quoi faire.

Sans manuels et matériel scolaire, pas de classes. C’est si simple que ça !

 

visite à l école de long hai

 

Une visite se transforme en partenariat

Il fallait réagir, et vite ! La rentrée des classes était prévue dans trois semaines.

J’ai immédiatement demandé à My Huong et son assistante, de me dresser une liste de tous les manuels et du matériel scolaire nécessités, en quantité et une estimation du prix total approximatif. Après un calcul méticuleux, le montant total des fournitures était estimé à environ 70.000.000 VND, ce qui représente à peu près 3.150 € pour un total de 132 enfants.

En promettant à My Huong, de voir avec le Conseil d’Administration d’AAV, ce qui serait dans la mesure du possible, notre traductrice Minh Thu et moi sont retournés à Ho Chi Minh City.

De retour à mon hôtel, et grâce à l’informatique, j’ai aussitôt envoyé un courriel à tous les membres du Conseil d’Administration, en leur expliquant la situation et en demandant l’accord d’une mise à disposition du montant de 3.150 € pour l’acquisition du matériel nécessité.

Le Conseil d’Administration d’AAV, composé de cinq membres, est une petite équipe certes, mais très soudé, et habituée à prendre des décisions dans un très court délai, surtout dans des cas d’aide humanitaire. L’accord pour la mise à disposition de 3.150 €, fût rapide et unanime. Les fonds seraient envoyés immédiatement sur mon compte personnel au Vietnam.

Les classes allaient pouvoir reprendre le 7 septembre 2015 !

Une simple visite s’était transformée en un projet d’Aide au Vietnam.

Dorénavant le Centre de Long Hai allait être un partenaire d’Aide au Vietnam.

Un coup de téléphone, pour annoncer la bonne nouvelle à My Huong, qui en était plus que contente, et de la demander de faire la commande immédiate du matériel nécessité.

Il manquait qu’une chose…une visite du Centre de Long Hai.

On s’est donné rendez-vous pour le 1er septembre 2015, un jour avant la fête nationale au Vietnam. J’arriverais en car, en apportant les fonds pour le paiement du fournisseur.

Le 1er septembre, Minh Thu et moi ont pris le bus de 7 :00 hrs à Ho Chi Minh City pour Vung Tau où nous sommes arrivés à 9 :30 hrs. My Huong et son assistante étaient déjà sur place à nous attendre. Après le paiement du matériel, nous nous sommes dirigés vers le Centre de Long Hai, qui se trouve à 20 km de Vung Tau.

Allons donc franchir la porte de ce centre pour le voir de plus près……

 

portail école

 

Ma visite du Centre de Long Hai (St.Wagner)

Le centre accueille environ 130 à 140 enfants et adolescents chaque jour, dont des enfants mentalement handicapés. Ces enfants sont entre autres, des enfants de la rue, des orphelins, des enfants abandonnés, des enfants de parents alcooliques, toxicomanes ou atteints du SIDA. Ils n’ont plus ou presque plus de famille et sont souvent déposés par la Police locale, ou par le DOLISA (Department of Labour, Invalids and Social Affairs).


Les bâtiments du centre


école - batiment du centre école - batiment du centre


et leurs alentours


alentours de l'école alentours de l'école


Le centre dispose de salles de classes, d’un atelier mécanique, d’un atelier de coiffure, d’un atelier de couture d’une cuisine avec cantine, des dortoirs et des locaux sanitaires, ainsi que des bureaux. Il a été construit entre 2008 et 2012 et financé entièrement par des dons d’associations Françaises, Canadiennes et Espagnoles.

Ces associations sont principalement des associations dont le but est l’adoption d’enfants vietnamiens. Début des années 2000, l’orphelinat de Vung Tau et le centre de Long Hai pratiquaient jusqu’à 130 adoptions par an. Or depuis 2009, la loi vietnamienne n’autorise plus les adoptions hors du territoire vietnamien, ce qui a réduit le nombre d’adoptions presqu’à 0. Dû à ce changement, les donations de la part des associations impliquées jusqu’ici, ont chuté de manière dramatique.


Les salles de classe


salle de classe salle de classe


L’atelier d’apprentissage mécanique


L’atelier d’apprentissage mécanique L’atelier d’apprentissage mécanique


Réparation de motos de la population locale



La moto est le moyen de locomotion le plus populaire au Vietnam. Elle remplace la voiture familiale, la plupart des Vietnamiens n’ayant pas les moyens nécessaires d’acheter une voiture. Il n’est pas rare de voir une famille de 4 ou 5 personnes perchées sur une moto.


L’atelier d’apprentissage pour coiffures


L’atelier d’apprentissage pour coiffures L’atelier d’apprentissage pour coiffures


L’atelier de couture

L’atelier de couture L’atelier de couture


Les uniformes d’école sont fabriqués à l’atelier de couture.
Au Vietnam le port des uniformes à l’école est obligatoire.


La cantine

cantine de l'école


Les enfants et adolescents y reçoivent un repas chaud par jour.


La cuisine et le local de stockage de denrées alimentaires


cuisine de l'école stockage de la nourriture


cuisine école


Les dortoirs


dortoirs de l'école dortoirs de l'école


Salle de réunion des enseignants


Salle de réunion des enseignants


Aire de jeux


Aire de jeux

Jusqu’à présent, le centre ne reçoit aucune aide étatique, et dépend entièrement des dons et/ou fournitures reçus. Dans le futur proche, l’Etat vietnamien entame de reprendre le centre, c. à d. l’Etat financera uniquement le salaire des enseignants et des programmes futurs. Les programmes actuellement en cours ne recevront aucune aide.

La collecte de fonds pour l’exploitation journalière du centre est un combat quotidien, qui n’est jamais assurée d’avance.

Grâce à sa vice-directrice, LE Thi My Huong, pour laquelle le centre constitue sa raison d’être (elle a même adopté 2 enfants du centre) et qui a jusqu’à présent a réussi à rassembler les fonds nécessaires, le centre subsiste.

Après avoir visité le centre, nous avons encore apporté des denrées alimentaires à une des nombreuses familles démunies de la région.

soutien alimentaire soutien alimentaire


Malgré leurs conditions de vie, ils gardent toujours le sourire


 

Remise du matériel scolaire aux enfants

La remise du matériel scolaire a eu lieu le 7 septembre 2015, le premier jour de la rentrée des classes.

Malheureusement je n’ai pas pu assister à la cérémonie de réception, étant occupé avec d’autres activités d’Aide au Vietnam à Ho Chi Minh City, mais ceci n’a pas empêché enfants et enseignants de se réjouir, de bien pouvoir commencer l’année scolaire, comme démontrent les images suivantes :

cérémonie cérémonie


cérémonie


cérémonie cérémonie


cérémonie cérémonie


…et la mission continue

Les enfants de Vung Tau et de Long Hai ont, comme tous les enfants du Monde entier, le Droit à une éducation et une vie en dignité.

Ils méritent la chance de pouvoir échapper à leur misère et leur pauvreté, dont ils ne sont pas responsables.

C’est pourquoi, le Conseil d’Administration d’Aide au Vietnam, lors de ses réunions du 17 septembre et du 15 octobre 2015, a décidé de continuer son aide pour :

Le Centre de Vung Tau

Équipement de la cour de l’orphelinat avec des jeux : p.ex. buts, balançoires etc., mais aussi des jeux de société pour un montant de 3.000 €.

Le Centre de Long Hai

Les fournitures scolaires 2016-2017 pour 150 enfants pour 3.500 €
Le tissu pour les uniformes scolaires pour 150 enfants pour 2.000 €
Des souliers solides voir « fermés » pour 150 enfants pour 1.300 €

Soit un montant total de 9.800 € pour l’année 2016.

 

Comment alors participer à un tel projet ?

A la base d’un chaque projet, il y a une idée et un concept. Chaque projet doit répondre à une multitude de critères, comme la viabilité, la durabilité, l’efficacité etc. Puis vient la récolte des fonds nécessaires à sa réalisation, et enfin la mise en œuvre. Chaque étape, à la réalisation d’un projet, nécessite un certain engagement, mais apporte aussi une partie de satisfaction.

Le bénévolat ne se pratique pas, le bénévolat ça se vit !